Visite guidée virtuelle

Les 50 ans de l’initiative Schwarzenbach et les Droits Humains

Cette promenade virtuelle au sein de l’exposition sur les années Schwarzenbach vous donnera un bref aperçu d’une histoire racontée à travers des témoignages, des images, des textes ou encore des vidéos. Pour faire (re)vivre une mémoire qui nous appartient en tant qu’humains partageant des droits universels.

Bonne visite!

« NON »

Nombreuses affiches politiques défavorisent l’initiative Schwarzenbach et invitent le citoyen suisse à se mettre dans la peau des étrangers venus pour travailler dans des conditions difficiles. Dans l’ affiche à droite sont énumérées diverses raisons qui devraient pousser à rejeter une initiative s’opposant à l’arrivée de main d’oeuvre de l’étranger (en particulier d’Italie).

COMBAT

Une partie de la population suisse s’unit au combat pour repousser l’initiative. Plusieurs manifestes en faveur du « NON » s’associent à une opposition plus active et concrète, presque militante.

Unia Archives

LES FILMS

Deux courts films mis à disposition par Unia posent sous la lumière les conditions difficiles des enfants des saisonniers italiens et espagnols. Aujourd’hui, ils témoignent émus de leur enfance silencieuse. Les scènes qui défilent en boucle dans une aile de l’espace d’exposition (prenant forme d’un tunnel, le tunnel du Gothard) rendent compte des nombreuses familles séparées par les dures règles appliquées aux travailleurs saisonniers en Suisse.     

                                             

L’aile où se trouvent les deux écrans représente un tunnel, notamment le Tunnel du St. Gothard, celui que traversaient les saisonniers pour se rendre de part et d’autre de la frontière italo-suisse.

LA CHAMBRE DU SAISONNIER

Les saisonniers italiens dormaient et passaient leur temps libre dans de petites chambres avec à peine un lit et une petite table où ils écrivaient des lettres. Ils la personnalisaient avec des posters de leur équipe de football favorite ou de photographies de femmes iconiques de l’époque. Ces objets aidaient à se sentir un peu plus proches de leur terre, abandonnée temporairement.

LES FEMINISTES

Le groupe de féministes suisses, à cette époque poussées par la vague revendicatrice sur le droit des femmes, appuient fermement l’opposition à l’initiative Schwarzenbach. Elles la considèrent comme une limite à une avancée vers des droits humains plus justes, concernant donc également le statut de la femme en Suisse. Rappelons que la parité des sexes, notamment dans le domaine du droit de vote, a été atteinte tardivement en Suisse par rapport à la moyenne européenne. 

AUX VOTES!

Le résultat des votations au niveau national a vu l’initiative Schwarzenbach rejetée mais pour seulement quelques milliers de votes de différence. Nombreux cantons du centre et de la Suisse alémanique ont voté en faveur de l’initiative. Concernant la Ville de Lausanne, le tableau en bas à droite démontre que la différence entre les deux positions politiques n’a pas été grande. Cela a signifié que, bien que l’initiative Schwarzenbach ne soit soit pas passée, le chemin pour une acceptation généralisée des saisonniers en territoire suisse était encore loin d’être terminé.


LA XENOPHOBIE

L’opposition à l’initiative se fait entendre mais la xénophobie et l’intransigeance perdurent au sein de la population suisse. Une méfiance inoffensive peut se transformer rapidement en rejet envers son propre voisin, qui cherche comme tout être humain à vivre heureux mais qui doit faire face à la peur de l’autre, la peur de ce que l’on ne connait pas.

LES DROITS HUMAINS

La particularité de cet espace muséal est l’approche des histoires de migrations à travers les droits humains. Lors des récits de migrations d’un pays à un autre, les conditions vécues sont souvent inhumaines et souvent l’on risque sa propre vie en en recherchant une meilleure.

Quels droits universels n’ont pas été respectés durant les années de l’initiative Schwarzenbach? Pourquoi?

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :